Bienvenue dans ma demeure mes délicieux Amis, merci d’avoir répondu à l’invitation pour mon grand Bal de la rentrée !

Je vous ai préparé une surprise qui animera votre soirée ! En effet, dès lors que vous pénétrerez dans mon logis, votre apparence se changera en celle d’un personnage de conte.

Face au miroir aux alouettes, les apparences sont trompeuses !

Je remercie Lucky Duck Games pour m’avoir fait parvenir un exemplaire à tester et à vous présenter de la Mascarade des frères Grimm.

Sans plus attendre, tentons de lever le voile sur nos invités !

La Mécanique :

Dans ce jeu à rôles cachés, le dernier invité dont l’identité est révélée remporte une manche. La partie prend fin après 3 manches de jeu.

A son tour, un joueur pioche une carte artefact qu’il garde devant lui ou pose face autre à un joueur, puis il en pioche une seconde et fait l’action opposée. Ces artefacts se révèlent aussi précieux que dangereux.

La belle au bois dormant a déjà reçus un artefact de malheur … sa partie va être difficile !

En effet, chaque personnage est associé à un artefact de malheur et un de bonheur. Par exemple, Cendrillon a besoin de pantoufles de verre pour gagner une manche, mais elle perd si elle reçoit trop d’horloge, sonnant la fin de la bénédiction de sa marraine la fée. Le loup quant à lui requiert des déguisements pour gagner mais perd s’il reçoit deux chaudrons. Il vous faut accumuler trois artefacts du bonheur pour l’emporter, alors que vous serez découvert si à un moment vous vous retrouvez avec vos deux artefacts de malheur.

Chaque personnage se voit affublé de 2 artefacts thématique, le propulsant vers la victoire ou la défaite

Lorsque vous obtenez une paire d’objet qui ne vous fait pas perdre vous devez signaler que vous n’êtes pas le personnage en question sur le plateau central. Cependant posséder est artefacts inutiles s’avère plus intéressant qu’il n’y parait. En dépensant 2 objets identiques vous avez la possibilité d’effectuer une des 3 actions spéciales afin de vous faciliter la vie pour découvrir qui est qui, ou simplement pour pointer du doigt celui ou celle que vous pensez avoir démasqué !

La Belle ayant reçus son deuxième rouet, elle perd immédiatement. Dommage, elle aurait pu faire un action spéciale en dépensant ses deux chaudrons !

Le jeu se joue de manière très fluide et simple puisqu’il n’y a finalement que deux choses à faire : piocher une carte à donner ou garder puis l’inverse. Il devient donc possible de gagner des points roses en faisant tomber le masque de vos adversaires grâce à une généreuse donation d’un item en double pour les révéler. Les actions proposées sont vraiment puissantes, parfois un peu trop. Vous pouvez forcer deux joueurs à indiquer un personnage qu’ils ne sont pas. Cependant cela va dans le sens du désir de l’auteur à avoir un jeu rapide, car rien de pire que des longueurs dans ce genre de jeu.

Pour l’emporter dans ce jeu, on s’affronte pour des roses

S’il vous faut plusieurs tours pour être à l’aise avec le jeu et sa logique, pas de problème ! Vous gagnez des points « rose » en démasquant les joueurs, en les éliminant, et surtout le trophée des manches vaut de plus en plus de point, histoire de rattraper un faux départ ou un manque de chance.

Le Matériel et les Illustrations :

Dans la tradition des jeux de la famille Grimm, les illustrations sont très belles et oniriques. Je n’ai eu aucun mal à reconnaître les différents protagonistes, à part le nain tracassin, mais bon sang d’où provient-il ?

L’ensemble du matériel est de bonne qualité à part les cartes que je trouve bien trop fragiles et souples pour un jeu avec ce volume de manipulation.

les illustrations des artefacts sont très bien réalisées!

Bien que la boîte soit grande pour peu de contenu, j’ai fortement apprécié les nombreuses variantes proposées par l’éditeur afin de rendre le jeu plus palpitant au fur et à mesure que l’on gagne en expérience. Un système de pari ainsi qu’un autre d’actions spéciales permet d’enrichir l’expérience selon le niveau des intervenants et leur désir de complexité.

Des cartes spéciales pour une variante un peu plus experte !

En Conclusion :

La Mascarade des frères Grimm s’insère parfaitement bien dans le clan des bons jeux à rôles cachés, si ce n’est que son thème sur les contes risque de le faire paraître fade aux joueurs d’un certain âge. Face à une compétition solide avec un « Secret Hitler » par exemple, je pense que le choix principal ira vers ce dernier, laissant Grimm aux plus jeunes joueurs. Cela est d’autant plus probable que sa mécanique simple est à la portée de tous, notamment des enfants. Ce genre de jeu est principalement porté par son thème, aussi je lui souhaite de trouver son public.

Pour ma part je ne suis pas du tout attiré par ce genre de jeu, mais celui a pour avantage une fluidité qui écarte les tentations longues et lourdes de bluffs et d’accusations qui gâchent les parties auxquelles j’ai pu participé avec les jeux à rôle caché. Il s’est donc révélé agréable, mais n’a pas fait naître en moi une nouvelle passion pour son genre.

Retrouvez ce jeu sur Philibert.